Carnet de route

Raid de ski-alpinisme dans le massif du Mont Blanc

Le 16/05/2010 par Hervé Chalons

C'est avec enthousiasme que nous prîmes la route ce samedi 24 mai pour Chamonix. Le "camion" du club partait avec un autre groupe du côté des Ortles et faisait par chance étape au chalet du Tour, chalet où nous avions prévu de nous baser entre deux séjours d'altitude. Nous pumes ainsi "confortablement" rouler à cinq - car allégé de notre matériel - dans une autre voiture pour y retrouver sur place notre guide, Cyrille Dupouy.

Huit heures trente de route plus tard et moyennant quelques relais de conduite, nous sommes (encore) tous frais et dispos pour notre première étape du lendemain: la montée au refuge des Conscrits (2600 m), qui sera suivie le jour suivant de la montée aux Dômes de Miage (3670 m). Les températures sont douces, les nuages très présents et il n'est pas certain que nous pourrons redescendre par le glacier d'Armancette. Néanmoins cet itinéraire nous permet une retraite rapide et relativement aisée hors de la zone glaciaire en cas de mauvaise météo. Même si les sommets visés pour notre raid se situent entre 3600 et 4000 m, les routes ne montent pas très haut et nous devons laisser la voiture vers 1200 m puis monter environ deux heures avant de trouver une neige continue.

Vers 11h, nous prenons pied sur le glacier de Tré la Tête. Pour certains, c'est la première expérience sur glacier, et les règles d'usage sur la progression et le matériel sont rappelées. C'est aussi l'occasion d'illustrer le vocabulaire: "poulie-mini-traction", "sérac", ... Après un dernier coup de rein sous les rayons chauds du soleil de treize heures, nous nous restaurons en faisant sécher nos (sous-)vêtements trempés de sueur sur la terrasse acueillante...

Le lendemain, tout va encore bien: après les chutes de neige nocturnes, on attend une éclaircie pour le milieu de journée et tout espoir n'est pas perdu d'atteindre les dômes puis de redescendre rapidement par le glacier d'Armancette. Les sommets jouent à cache-chache, mais finalement c'est nous qui gagnons et avant l'arête, le Mont-Blanc nous dévoile sa face sud accompagnée des sommets voisins: Bionnassay, dôme du Goûter, etc. On s'encorde rapidement: Cyrille emmène Zéline et Patrick, tandis que je prends Brice et Ghislaine sur ma corde. Encordement court, on se concentre, mais l'arête bien tracée permet une progression rapide... Brève pause au sommet car il ne faut pas tarder: il fait chaud et la neige transforme vite ! D'ailleurs, après quelques centaines de mètres de descente, nous tombons sur une neige lourde et gorgée d'eau. Le lac d'Armancette et ses crapauds bavards nous ont fournis, enfin, l'occasion de nous restaurer avant que quelques gouttes de pluie nous délogent... Premier objectif atteint haut la main, comme récompense une mise en ambiance et des panoramas qui nous mettent en appétit pour la suite.

Malheureusement, l'appétit des choses terrestres commence à manquer à Brice, une nuit agitée le prive de ses forces et l'oblige à rester dans la vallée. L'attaque de gastro est confirmée par un médecin de la vallée... Le reste du groupe se retrouve en haut du téléphérique des Grands Montets où il découvre le glacier d'Argentière et l'itinéraire du lendemain: le glacier du Milieu de l'aiguille d'Argentière ! Mais rien n'est fait: si la météo s'annonce idéale pour les 2 prochains jours, Patrick et Zéline commandent du Coca-Cola au refuge d'Argentière. Patrick demande même, du fond de sa couchette, une dispense de révision des manips' de mouflage... On croise les doigts pour qu'il se remette dans la nuit, et Ghislaine nous illustre le mariner simple sous le contrôle rigoureux de Cyrille.

Le lendemain, nous laissons Patrick à son sommeil, et nous partons du refuge crampons aux pieds pour traverser le dévers en neige dure de bon matin... mais si aujourd'hui Cyrille ne nous promet pas le sommet, c'est que sa météo intestinale lui joue aussi des tours, avec orage et averses de grêle menaçant. Diable, ce raid semble maudit et les rescapés commencent à se demander quand viendra leur tour ! Avec beaucoup de courage et une volonté admirable, Cyrille nous fait traverser le glacier du Milieu sur plus de 600 mètres de dénivelée jusqu'à quelques encablures de la rimaye. Le soleil n'a pas encore touché la neige protégée par les murailles du Minaret, du Yatagan, du Casque ... et Zéline et Ghislaine sont motivées pour tenter une progression sur les pentes raides finales sous le regard inquiet et distant de Cyrille. Encordement court encore une fois, mais sans les skis. Après s'être assurés que nous pourrons redescendre rapidement en marchant tous face à la pente, nous atteignons le passage étroit et un peu plus raide. La pente est bien tracée et les rochers voisins offrent de nombreux bécquets susceptibles d'accueillir un rappel; nous décidons de poursuivre... Et finalement, nous atteignons le sommet, avec une vue dégagée à 360° ! De retour au refuge, nous ne tardons pas à rassembler nos affaires pour redescendre dans la vallée. Le col du Chardonnet, la Grande Lui, la cabane de l'A Neuve et l'aiguille du Tour attendront une prochaine visite...

Finalement, un premier groupe rentrera le vendredi avec la voiture de Cyrille pendant que les "survivants" prendront la benne de l'Aiguille du Midi pour un superbe tour dans le bassin de la Mer de Glace en passant par la brêche Puiseux, guidés par Pierrick, agréable compagnon de la patronne du Chalet du Tour. Merci à tous les participants pour leur bonne compagnie malgré l'adversité, et aux accueillants gardiens du Chalet du Tour...







CLUB ALPIN FRANCAIS PAU
CITE DES PYRENEES
29 BIS RUE BERLIOZ
64000  PAU
Contactez-nous
Tél. 05 59 27 71 81
Permanences :
Mercredi et jeudi 17:00-19:00 vendredi 17:00-20:00